Archives par mot-clé : Hétéroptères

article traitant de punaise

Le tigre Est isarien

La recherche des punaises dans le département de l’Oise prend bien des chemins. Battage par parapluie japonais, fauchage au filet fauchoir, piégeage divers, observation à vue… Nombreuses sont les techniques et chacune est efficace sur différentes familles de punaises.

Corythucha ciliata (Say, 1832) photo : Petra Broda Sous licence CC – 2.0 

La connaissance des habitudes hivernales de certaines pour les rechercher spécifiquement peut s’avérer très utile voir même rendre leur découverte très facile. C’est partant de ce constat que la proposition de rechercher une espèce bien particulière avait été faite il y a maintenant presque trois ans par le biais d’une note dans le bulletin de l’association. « Le tigre du platane » Corythucha ciliata (Say, 1832) présente en effet une particularité comportementale le rendant aisé à détecter en période froide. IL se rassemble fréquemment et en grand nombre sous les écorces des platanes (Platanus sp). Ces écorces étant naturellement déhiscentes, elles constituent des cachettes faciles d’accès pour les punaises et faciles à l’examen pour l’entomologiste qui cherche à cibler spécialement cette toute petite espèce de la famille des Tingidae.

Le département de l’Oise est actuellement le seul des trois départements de Picardie a avoir fait l’objet d’un début de recherche systématique. Les résultats sont assez éloquents et évoquent dès à présent une présence pérenne et systématique sur tous les supports arborés adaptés en milieu urbain. Même le platane unique perdu au milieu d’un parc urbain peut héberger ne serait-ce qu’un individu ce qui est suffisant pour attester de la présence de l’animal.

Chaque déplacement en ville peut donc faire l’objet d’une rentabilisation: vous voyez un platane, vous examinez quelques belles écorces sur le point de se détacher. Si l’écorce se détache partie basse en première alors rares sont les tentatives infructueuses.

Désormais une quarantaine de mentions circonstanciées ont été produites dans le département. Une recherche plus poussée permettra sans aucun doute de multiplier fortement ce résultat. A vos platanes !

Adelski A 2018 tous droits réservés.

Fiche espece : Oxycarenus lavaterae (Fabricius, 1787)

Oxycarenus lavaterae, ou punaise du tilleul, est originaire du bassin méditerranéen. Depuis les années 1980 l’espèce a entamé une spectaculaire progression vers le nord, sans doute liée au réchauffement climatique qui permet sa survie hivernale. Le trait le plus typique de son comportement est le regroupement de centaines ou de milliers d’individus entassés et serrés les uns sur les autres sur des troncs de tilleuls dès l’automne pour hiverner.

Jean-Claude Bocquillon.

Photo : François Petit
Photo : François Petit
Photo : François Petit

Fiche espèce : Tritomegas rotundipennis (Dohrn, 1862)

Texte et images de Michel BERTRAND

Découvrez sur lien ci-dessous le développement de cet Hémiptère de la famille des Cydnidae.

Attention, il existe trois espèces semblables Tritomegas sexmaculatus (Rambur, 1839) potentiellement présente en Picardie et avérée dans le Nord Pas de Calais, Tritomegas bicolor (Linnaeus, 1758) et enfin Tritomegas rotundipennis (Dohrn, 1862) présentée ici :

tritomegas rotundipennis

Bibliographie :

A retrouver aussi dans l’entomologiste, tome 70, 2014, n° 5 : 319 – 324

Fiche espèce : Micronecta (Micronecta) griseola Horváth, 1899 – Artoise.

Par Jean-François ELDER

Fiches des espèces remarquables

Micronecta (Micronecta) griseola Horváth, 1899

(Heteroptera, Corixidae)

 

Chorologie : L’espèce possède une dispersion pontoméditerranéenne et se rencontre en Asie et à travers toute l’Europe, à l’exception des parties les plus septentrionales de la Fennoscandie et de la Russie. En Belgique, elle n’est rapportée que de Wallonie. En France, l’espèce ne semble connue que des départements des Alpes de Haute-Provence, de Haute-Garonne, de l’Indre, de l’Indre-et-Loire, des Landes, de La Manche et des Pyrénées-Orientales.

Photo : J.-F. Elder

Biologie – écologie : Cette minuscule punaise (1,6 à 2,3 mm) recherche les étangs et les mares de toute nature, quand leur profondeur atteint au moins deux mètres et dont les eaux douces sont suffisamment pure. Mais elle se rencontre également dans les fleuves bien oxygénés, les torrents et les petits lacs. Il semblerait que ce soit la seule micronecte présente dans les grandes rivières. Elle est sensible à la pollution, même si elle peut tolérer une faible charge organique issue de la fréquentation des berges par les bovins. Le manque de données relatives à cette espèce peut s’expliquer par une sous prospection des milieux qu’elle affectionne. Toutefois, ses exigences en oxygène dissous, face à la dégradation à peu près générale de la qualité des eaux de surface, font que le nombre de milieux susceptibles de l’accueillir reste faible.

Première mention pour les Hauts-de-France !

Biotope (Photo : J.-F. Elder)

Photo : J.-H. Yvinec

Inventaire Marais de l’Isle à Saint-Quentin

L’ADEP procède en ce moment à l’inventaire préalable des Coléoptères et Hétéroptères du marais. Ainsi qu’à celui des Araignées, qui se trouve dans sa phase principale de réalisation.

Pour les Coléoptères et Hétéroptères, une première mission à eu lieu le 20 10 2016 pour inventorier les gouilles (sortes de mares creusées dans un tremblant) de la Zone U.

inv-stq-lohezqueney
Transports des spécialistes par barge au sein de la réserve de St Quentin

 

inv-stq-matos-640
bacs et filets pour la recherches des aquatiques

Pierre Queney, Daniel Lohez et J.H. Yvinec y ont participé.

 

Une seconde journée d’inventaire a pris place le 06 11 2016, lors d’une sortie ADEP. Durant cette journée, Miguel Carreira et J.-H. Yvinec ont collecté punaises et coléoptères aquatiques dans des fossés tandis qu’Emmanuel Vidal se consacrait à l’inventaire des Araignées.

inv-stq-p-queney400
Pierre Queney en action dans une gouille de la réserve de St Quentin