Archives de catégorie : Activités

Un succès pour l’ ABMARS 2021

L’exposition de l’ ABMARS (Association des Botanistes et Mycologues Amateurs de la Région de Senlis) pour la fête de la science ce weekend du 9 et 10 octobre 2021 à Senlis a été une belle réussite. Plus de 600 personnes sont venues à la rencontre de l’ ADEP et des nombreux autres exposants sur ces deux jours.

Photo : Lucas BALITEAU, CPIE des Pays de l’Oise.

De nombreux visiteurs ont décrétés d’eux-mêmes avoir changés leur rapport aux arthropodes grâce à la médiation de l’ ADEP. Ça fait toujours plaisir !

Photo : Lucas BALITEAU – CPIE des Pays de l’Oise – Intervention de nos collègues Joël THALMANN, Ludivine CONRAD sans oublier Régis BOULANGER le Dimanche !

L’ occasion de rencontrer une potentielle relève et prendre contact avec différents établissements scolaires désireux d’obtenir des interventions ADEP.

Photo : Lucas BALITEAU – CPIE des Pays de l’Oise

Un grand merci à Lucas pour ses photos et l’implication des intervenants !

Coléoptères saproxyliques : Le projet SAPROX

Dans le cadre de l’animation de l’inventaire national des coléoptères saproxyliques un webinaire est organisé et se tiendra le

samedi 20 novembre 2021.

Ce séminaire en ligne sera l’occasion de faire le point sur le projet SAPROX, ses perspectives et d’apporter des éclairages sur les coléoptères saproxyliques. Le programme détaillé est disponible en ligne.

Pour en savoir plus et s’y inscrire, retrouvez le lien vers la page du Site SAPROX ici :

http://saprox.mnhn.fr/webinaire-saprox-20-novembre-2021/

Observer les insectes

DISCOURS DE LA MÉTHODE

Ou comment l’on chasse et pourchasse les insectes et autres arthropodes pour les observer ou inventorier

Il existe toutes sortes de méthodes, utilisées par les entomologistes et naturalistes pour provoquer l’occasion de rencontrer leurs chères bestioles ; des procédés les plus aléatoires et hasardeux, du déploiement de moyens actifs, voire hyperactifs aux méthodes plus passives, voire passoires. Nous allons tenter ici d’en dresser un petit inventaire, non exhaustif, à destination des débutants et de tous les curieux de nature.

Illustration Noémie Derozier

LA RECHERCHE « À VUE » DE NUIT, avec une lampe torche ou une lampe frontale ; cette méthode combine l’attraction lumineuse au plaisir de la balade nocturne. De nombreux insectes, attirés par la lumière viennent volontiers se faire observer. Ah… les feux de la rampe !

Illustration Noémie Derozier

► LES FOUILLES PLUS POUSSÉES SUR LE TERRAIN : quand à la mauvaise saison ne volent plus que des feuilles mortes, on peut patienter en attendant le retour des beaux jours en débusquant les petites bêtes jusque dans leur refuge hivernal ; dans les souches, sous les écorces des arbres, dans les grottes et cavités et toutes sortes de cachettes (jusque dans les maisons).

Illustration Noémie Derozier

► LE FILET À PAPILLONS qui peut attraper au vol les papillons bien sûr, mais aussi de multiples familles d’insectes volants. Un « filet de voiture » a même été inventé : fixé sur une voiture, ce grand filet permet de capturer les insectes se déplaçant sur le trajet de la voiture. On peut bien sûr l’utiliser de nuit, l’éclairage des phares de la voiture attirant d’autant plus.

Illustration Noémie Derozier

► LE FILET TROUBLEAU  pour aller chercher les petites bêtes vivant au fond de l’eau ; ce petit filet, fixé au bout d’un manche solide, sera enfoncé dans les herbiers aquatiques et la vase dans lesquels vivent des coléoptères, punaises, larves de libellules, etc.

► LE FILET-FAUCHOIR, plus solide que le filet à papillons, il permet de ratisser les herbes basses en faisant un mouvement de va-et-vient pour y collecter les petites bêtes qui s’y trouvent.

Illustration Noémie Derozier

► LA MÉTHODE DU BATTAGE utilise le parapluie japonais, encore appelé nappe de chasse ; cet objet présente une toile plane sur une armature légère que l’on tient horizontalement sous les branches des arbres que l’on va battre pour en faire tomber chenilles, araignées, punaises et toutes sortes de petites bêtes qui se croyaient bien tranquilles.

Illustration Noémie Derozier

► LES TAMIS ; dispositifs permettant par exemple de filtrer la litière et de la séparer des multiples petits arthropodes cachés dedans. Indispensables pour l’étude des fourmis, par exemple. Certains tamis sont fixés au fond d’un filet-fauchoir pour que les bêtes capturées ne se sauvent pas illico.

► L’ÉLEVAGE (c’est-à-dire le nourrissage de chenilles et autres larves, ou la mise en caisse de bûches contenant des larves de coléoptères xylophages, par exemple) ; vous avez la fibre maternelle ? Alors adoptez une chenille, une larve de coléoptère, de punaise ou autre. Fournissez-lui les conditions nécessaires à sa jeune vie et attendez patiemment la fin des métamorphoses : vous pourrez alors découvrir qui se cachait derrière la jolie petite larve !

Illustration Noémie Derozier

► LA MÉTHODE DITE DE « LA MIELLÉE » ; il s’agit de concurrencer les sources nectarifères par une gourmandise savamment préparée et étalée pour y attirer les insectes, de jour comme de nuit. Chacun y va de sa recette, mêlant bière, confitures, jus de fruits, sucres, fruits avancés, vin rouge, miel et autres mixtures… mais chut ! La recette reste secrète, chacun la sienne ! Cette mixture sucrée peut être introduite dans une bouteille trouée et suspendue dont les insectes ne pourront ressortir. Il est également possible d’attirer certains coléoptères avec… de la truffe, m’sieurs dames, rien que ça !Ou les fourmis avec des rillettes de poisson ! Moins gourmande, mais particulièrement attirante pour les insectes nécrophages (= mangeurs de cadavres) : la pose d’un cadavre de petite bête en voie de décomposition pourra permettre d’observer les indispensables insectes nettoyeurs qui profitent de cette source de nourriture, dans laquelle ils peuvent également pondre leurs larves.

Illustration Noémie Derozier

– LE PIÉGEAGE PAR ATTRACTION LUMINEUSE (piège lumineux sur dispositif vertical, horizontal, pyramidal, cubique, etc.) ; autant d’entomologistes, autant de dispositifs ! Le principe restant de dérouter et détourner les insectes se déplaçant incognito la nuit en les attirant par une lumière spéciale (lampe led ou à UV) qui les incite irrésistiblement à se poser sur la surface réfléchissant la lumière (souvent un drap ou un mur blanc).

Illustration Noémie Derozier

► LE PIÉGEAGE PAR PHÉROMONE ; cette méthode permet de sélectionner d’avance l’espèce que l’on cherche à attirer au moyen d’une phéromone qui lui est propre. L’idée est de disposer un petit tube imprégné d’une imitation chimique de l’odeur émise par la femelle pour attirer les mâles et se reproduire (phéromone). Cette phéromone est mise dans une boîte dans laquelle le mâle va rentrer sans pouvoir en ressortir. On peut aussi utiliser une femelle vierge (c’est-à-dire venant d’éclore) pour attirer des mâles. Cette méthode fut notamment utilisée par Jean-Henri Fabre.

Illustration Noémie Derozier

– LES PIÈGES AU SOL : ce sont des pièges en forme de  gobelet, que l’on enterre au ras du sol, et qui contiennent soit un mélange attractif soit un mélange d’eau saturée de sel et d’un peu de liquide vaisselle permettant de conserver les bêtes qui coulent au fond. Cette méthode permet d’échantillonner les petites bêtes qui se déplacent au sol dans le secteur du piège. Il faut régulièrement venir récolter les insectes et araignées tombés dans le piège.

Illustration Noémie Derozier

► LA MÉTHODE DU PIÉGEAGE PAR COULEURS, dans le même registre, consiste à disposer au sol des récipients vivement colorés (jaune, bleu ou blanc) en fonction des familles d’insectes que l’on cherche à attirer. Un peu de liquide (eau salée pour la conservation + quelques gouttes de liquide vaisselle pour éviter que les insectes flottent à la surface du récipient) permettra de conserver les bêtes jusqu’au retour de l’observateur. Les rubans « tue-mouche » de nos grands-mères utilisaient cette attraction par la couleur, en piégeant non plus avec un liquide, mais avec une glu.

Illustration Noémie Derozier

► LES PIÈGES À INTERCEPTION : il s’agit de dispositifs la plupart du temps verticaux et invisibles (voilage, plastique transparent), situés sur la trajectoire des insectes, qui s’y engouffrent et sont ensuite capturés dans un réceptacle. Ce principe peut être décliné de multiples manières selon les matériaux et récipients utilisés. C’est le principe utilisé par la tente malaise, par exemple.

Etc. ! La plupart des objets décrits peuvent être bricolés par l’amateur et perfectionnés selon ses besoins et expériences, et même combinés entre eux. Par contre, les enfants veilleront à se faire accompagner d’adultes expérimentés, car les rencontres avec les bestioles ne sont pas toujours simples à gérer (frelons, guêpes, chenilles de processionnaires… sans parler des vilaines tiques).

Illustration Noémie Derozier

Pour une bonne pratique, respectueuse des espèces sensibles, l’amateur commencera par les techniques les plus douces, sans prélèvement, afin de perfectionner ses connaissances et de ne pas tuer inutilement les insectes dont chacun a désormais conscience que s’il est utile de les inventorier et de les mieux connaître pour les préserver, il faut également veiller activement à leur conservation et à celle de leurs milieux de vie : ils sont notre bien commun !

On l’a vu, les méthodes sont multiples, mais quelles que soient celles utilisées, le plus efficace est de les varier en fonction de la saison, du matériel à disposition, des milieux prospectés, des bêtes recherchées.

Avec une unique motivation : le plaisir de la découverte !

Bois de Tillet : Identification automnale des papillons nocturnes

Une dernière « chasse » lumineuse pour cette fin d’année a été organisée par l’ADEP afin de parfaire notre connaissance sur les hétérocères présents sur le site du Bois de Tillet (F.D. de Rêtz, Oise 60).

C’est Carole qui, fonction de la météo du jour, a rapidement organisé cette dernière séance d’inventaire et que nous remercions ici. Thibaud Daumal a répondu présent et est venu parfaire le dispositif d’une troisième lampe.

Thibaud en pleine installation. Photo LC.

A cette saison le soleil décline rapidement mais les températures restent encore douces (17°C lors de notre arrivée à 20 h 45 et 13°C à 0 h 00). Peu de lune mais une brise malvenue…

Allumage. Photo LC.
Carole en pleine détermination. Photo LC

Cette mobilisation a permis de recenser une petite quarantaine d’espèces dont 7 sont d’intérêt ou liées au milieu landicole.

Catocala faxini, (La Lichénée bleue) une espèce déterminante ZNIEFF. Photo LC
Le Sphinx du liseron (Agrius convolvuli), commun mais toujours impressionnant au drap ! Photo LC

Quelques chenilles dont :

Chenille de la Noctuelle de la Myrtille (Anarta myrtilli). Sur la liste rouge de Picardie, espèce déterminante ZNIEFF. Cliché : James Lindsey sous licence CC BY-SA 3.0

Les araignées tissent des fils

Le 28/09/2019, un atelier intitulé « Les araignées tissent des fils » a été animé par le réseau picard d’étude des araignées associant Picardie nature et l’Association des Entomologistes de Picardie dans le cadre de la programmation culturelle 2019- 2020 de la médiathèque de Corbie (Communauté de communes du Val de Somme).

Un diaporama et la présentation de spécimens vivants ont levé le voile sur les différentes espèces d’araignées et leurs secrets. De la globuleuse « Epeire à quatre points » (photo ci-dessous) en passant par la filiforme Tetragnathe à la fameuse Tégénaire, visitant souvent les intérieurs en automne, toutes auront contribué à montrer leurs différentes capacités à se mouvoir dans l’espace.

Cet évènement a permis de répondre aux nombreuses questions d’un public très curieux et de faire manipuler avec précaution des animaux finalement extrêmement fragiles.

Animateurs : Sébastien Legris (Picardie Nature) & Emmanuel Vidal (ADEP).

Nous avons besoin de vous ! Inventaire participatif « abeille sauvage »

L’ADEP lance un appel à tous les passionnés, les entomologistes ou tout simplement les observateurs citoyens de Picardie à rechercher une abeille sauvage en déclin : l’Andrène de la Knautie, Andrena hattorfiana (Fabricius, 1775).

Vous trouverez en cliquant sur ce lien toutes les informations pour identifier facilement l’insecte ainsi que la procédure pour transmettre vos observations :

Photo : Emmanuel Vidal

En attendant le retour du printemps, nous vous remercions par avance pour votre participation !

Sortie ADEP au Bois du Roi (Oise, 60)

8 avril 2018 : il fallait y être ! L’un des plus beaux et chauds dimanches depuis bien longtemps…

Découverte, ou redécouverte du Bois du Roi, propriété privée mais ouverte en partie au public : la « Pierre au Coq » sur la commune d’Ormoy-Villers (Il existe également la « Pierre Glissoire » sur la commune de Peroy-les-Gombries, site géré par le CENP).

La prospection débute.

Recherche minutieuse de Jean-Claude. Une pinède sur sol sableux offrant bien des surprises pour les entomologistes…

Dissimulée dans la lande à bruyères, culmine la Pierre au Coq. Thierry et son bouclier à l’assaut des landes !

Observation de Acanthocinus aedilis (L., 1758) – Cerambycidae –, qui se développe sur les pins. Ses antennes sont un cas remarquable d’un développement sans aucun rapport avec ses nécessités vitales. L’évolution ne fait pas toujours dans la mesure… Nous devons cette observation à Jean-Hervé et ses yeux de lynx. Photo : J.-C. Bocquillon.

La « dream team » ! Jean-Hervé, Thierry et Jean-Claude (+ moi derrière l’œilleton…).

Thanasimus formicarius (Linnaeus, 1758), in copula Photo : J.-H. Yvinec

Jean-Hervé à la recherche d’hydrophilidae. Comme quoi, même dans les milieux secs, les trous d’eau, les ornières, etc. peuvent venir enrichir les inventaires.

Laurent à la recherche de fourmis au pied d’un arbre mort.

Prochaine étape : les identifications. Patience, nous vous tiendrons vite au courant des découvertes.

Nid d’Aphaenogaster subterranea (Latreille, 1798).

Inventaire des fourmis picardes

Les fourmis sont des insectes sociaux qui connaissent un engouement récent chez les entomologistes. L’actualisation de la systématique de ce groupe depuis quelques années y a fait pour beaucoup. Depuis trois ans l’ADEP inventorie les espèces présentes sur notre sol et déjà 52 taxons y ont été identifiés. Les fourmis ont un rôle très important dans la nature, point sur lequel nous reviendrons régulièrement sur le site de l’ADEP.

Nous aurons besoin de vous pour nous aider dans cet inventaire, alors… à très bientôt.

L. Colindre

lasius-flavus-essaimage-img_4075-12

Emergence de Gynes de Lasius flavus à l’essaimage. Photo : L. Colindre 2016.

 

Sorties

Les sorties collectives ADEP

Elles ont lieu tous les quinze jours, le dimanche, durant une bonne partie de l’année. Les prospections concernent tous les types de milieux représentés en Picardie. Chaque adhérent est libre de proposer des lieux et des dates. Ce sont là des moments privilégiés de rencontre entre les entomologistes de la région. Le RV est en général fixé à 12h30 avec un départ impératif à 13 h.

Sortie en partenariat avec d’autres structures

De temps à autres des sorties sont organisées en partenariat avec d’autres structures dans le cadre d’inventaires locaux ou régionaux.

photgroupe-sissone

Sorties à l’initiative de membres

Plus souvent l’été, en dehors de la programmation régulière, des sorties sont organisées à l’ initiative de membres.

Sorties grand public

Une ou deux fois l’an, l’ADEP ouvre ses sorties au grand public.  Dans d’autres cas, des animations de terrain sont programmées suite à la demande d’un partenaire ou d’une collectivité.

Calendrier des prochaines sorties

Les rendez-vous des sorties non précisés sont fixés à 12h30 pour un départ impératif en prospection à 13 h.

A noter que les sorties sont automatiquement annulées en cas de conditions météorologiques vraiment déplorables.

Dimanche 18 juin 2017   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt d’Ermenonville, RV carrefour de la Baraque Chaalis (proche de la D126) : référent E. Vidal.

Dimanche 25 juin 2017  Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.
Ansacq (60250), RV à l’église de la commune. Sortie concernant principalement les coccinelles : référent A. Adelski.

Dimanche 02 juillet 2017   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt de Hez-Froidmont, RV à l’église de la Neuville-en-Hez (60510) : référent J-C. Bocquillon.

Dimanche 09 juillet 2017   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Sortie coordonnée par le syndicat mixte Baie de Somme – Grand Littoral Picard.

Prospections orientées principalement vers les syrphes en milieux plutôt humides.

Le matin nous prospecterons l’Anse Bidard et l’après-midi nous aviserons (Rencloture, secteur en baie d’Authie)…

Le rendez-vous est fixé à 9h00 pétante au parking du domaine du Marquenterre (en face du restaurant la Garinière, là où il y a les chalets pour des hébergements). Ne soyez pas en retard, Benjamin ayant eu l’autorisation de se rapprocher via une piste béton de l’Anse Bidard.

Prévoir son pique-nique avec qqs choses à partager pour un moment convivial.

Samedi 22 juillet 2017   Soirée Hétérocères (et autres insectes) en vallée d’Authie entre Roussent (62) – Grand Préaux (80).

Animations du Gdeam-62 en partenariat avec l’ADEP. RDV à 21 h Eglise de Roussent : référent Y. Duquef.

Samedi 26 août 2017   Soirée Hétérocères (et autres insectes) en vallée d’Authie à Boufflers (80).

Animations du Gdeam-62 en partenariat avec l’ADEP. RDV Eglise de Boufflers à 20 h 30 : référent Y. Duquef.

Dimanche 27 août 2017   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt de St-Michel en Thiérache (02830), RV à 10h devant l’Abbaye parking du musée dans la cour du bas : référent J-H. Yvinec.

Prévenir Jean-Hervé de votre venue.

Dimanche 24 septembre 2017   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Réserve Naturelle Nationale des Marais d’Isle à St-Quentin (02100), RV au parking à coté de la Maison de l’Environnement (deux horaires sont prévus : à 10H et 12h30).

Poursuite des inventaires de la faune benthique : référent J-H. Yvinec.

Dimanche 22 octobre 2017   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt d’Ermenonville, RDV à l’église de Mont-l’Evêque (60300) : référent A. Adelski.

Dimanche 12 novembre 2017  Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt de Chantilly, RDV sur le parking du château de Pontarmé au sud de Senlis sur la RN17 : référent  J-C. Bocquillon.

Dimanche 26 novembre 2017  Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt de Compiègne, RDV à la maison forestière de la Faisanderie.

Dimanche 25 février 2018   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt d’Ermenonville, RV carrefour de la Baraque Chaalis (Maison forestière) : référent E. Vidal.

Dimanche 08 avril 2018   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Bois du Roi, commune de Ormoy-Villers (60800), RDV parking du cimetière : référent  J-C. Bocquillon.

Dimanche 29 avril 2018  La sortie au Parc de Geresmes, Crépy-en-Valois (60800) est annulée et reportée à une date ultérieure.

Vendredi 22 juin 2018 à 18h au Dimanche 24 juin vers 17h.

Wenk-end d’inventaire entomologique de la « laisse de mer » entre la baie d’Authie et la baie de Somme.

Recherche sur la plage et dans les dunes environnantes, deux chasses de nuit prévues.

Logement et repas assurés à Berck sur mer (62).

Vendredi 6 juillet 2018 au Dimanche 8 juillet vers 17h.

Week-end d’inventaire entomologique sur le bassin versant de l’Artoise en forêt de St-Michel en Thiérache (02).

Logement assuré  et repas prévus du samedi matin au dimanche midi compris.

Dimanche 30 septembre 2018  Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt de Compiègne. Rendez-vous 12h30 à la maison forestière de la Faisanderie.

Dimanche 21 octobre 2018   Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt d’Ermenonville. Rendez-vous 12h30 devant l’église de Mont-l’Evêque (60300).

Dimanche 2 décembre 2018  Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités.

Forêt d’Halatte. Rendez-vous 12h30 sur le parking devant l’église de Fleurines.

Dimanche 27 janvier 2019 Rdv à 13h au CRAVO (17, rue James de Rothschild 60200 Compiègne) pour un CA + aide à la détermination à la loupe binoculaire et préparation de l’inventaire du bois de Tillet. A la place d’une sortie, on reste à l’intérieur !

Dimanche 28 juillet 2019 Sortie entomologique (axée orthoptères) et botanique au coteau de Lataule. Rdv 14h Mairie de Gournay sur Aronde avec Thibaud Daumal .

Dimanche 01 mars 2020 Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités. Sortie entomologique en forêt de Compiègne. Rendez-vous 12h30 à la maison forestière de la Faisanderie.

Dimanche 22 mars 2020 Sortie réservée aux adhérents ADEP et à leurs invités. Sortie entomologique en forêt de Compiègne. Rendez-vous 12h30 à la maison forestière de la Faisanderie.

Dimanche 02 août 2020 Sortie ABMARS au calendrier de l’ADEP

Dimanche 2 août à 9h30 : rendez-vous à Senlis, parking Cité Judiciaire ou directement sur place à 10h45 au château de Berzy le Sec (02), place Roger Amboise, à 5 km au Sud de Soissons.
Sortie entomologique et botanique sur le coteau de Berzy le sec (avec participation de l’ADEP) avec T. DAUMAL (tél 06 20 32 31 80 pour renseignement) – Repas tiré du sac.

Réunions

La vie de l’ADEP est rythmée  par des réunions mensuelles chaque dernier vendredi du mois.

(Excepté fin décembre et fin juillet – Celle du mois d’août est parfois reportée début septembre)

Il s’agit de la réunion du conseil d’administration qui est ouverte à tous et qui permet de partager l’actualité de la vie de l’association et de décider de nos actions. Elle est agrémentée ponctuellement de :

  •  conférences
  • projections de powerpoint
  •  séances de détermination
  • échanges à propos de nos projets
  • ….

Ces réunions sont ouvertes aux membres de l’association et à leurs invités.

Rendez-vous donc le dernier vendredi de chaque mois, à 20h à COMPIEGNE (Oise), 17 rue James de Rothschild (CRAVO) – 60200 COMPIEGNE (le long de l’Oise près du nouveau pont).

L’entrée se fait sur le coté droit du bâtiment quand on a l’Oise dans le dos, coté parking.

Plan d’accès disponible ici : Carte-accès-640