Abeilles sauvages : Bilan des connaissances & actions de l’ADEP, 2010-2020

Cette note tente de restituer les connaissances acquises en Picardie sur les abeilles sauvages au cours d’une décennie. Les prospections entomologiques ont ciblé des espaces ruraux, des espaces dit naturels et des marges d’agglomérations. La pression d’observation est restée modeste avec une couverture disparate du territoire picard. Les résultats sont exposés en fonction d’une catégorie simplifiée de milieux et en fonction d’un découpage géographique flou. Au-delà d’une classique contribution à la connaissance d’un groupe d’insectes, j’ai souhaité valoriser au mieux les spécimens récoltés, le travail du naturaliste ainsi que l’implication de l’association. Cette note coïncide avec l’achèvement du Plan National d’Actions en faveur des pollinisateurs sauvages. La curiosité du vivant, le plaisir d’herboriser, la chaleur et la lumière des belles saisons sont restés les facteurs déterminants de motivation.

Version haute définition sur simple demande auprès du secrétariat.

Il faut sauver nos insectes

Denis Richard

https://www.delachauxetniestle.com/livre/il-faut-sauver-nos-insectes

Les insectes disparaissent à une vitesse inquiétante ! Ce livre, en dressant le portrait de certains d’entre eux, emblématiques et menacés, est à la fois une alerte mais aussi une sensibilisation à leur préservation en France et en Europe. Il s’agit du groupe le plus important du monde animal. Et pourtant, ces papillons, ces libellules, ces coléoptères, ces abeilles, ces criquets et ces sauterelles sont victimes de la dégradation de leurs milieux. Modification des paysages agricoles, emploi massif et inadapté des pesticides et des engrais azotés, assèchement des zones humides, exploitation forestière intensive… Toutes ces agressions, et d’autres encore, on un point commun : l’action de l’homme. La diminution du nombre et de la diversité des insectes doit nous interroger car de très nombreuses espèces sont de précieux auxiliaires des activités humaines et toutes jouent un rôle essentiel dans le maintien des équilibres écologiques. Il est encore temps d’agir, tant sur le plan individuel que collectif, c’est le message que porte haut et fort ce livre magnifique.

29,90 €

Paru le 15/10/2020

192 pages

Cartonné

EAN13 : 9782603027578

Projet d’arrêté de protection de biotope (APB) pour les sites de la Pointe de la Crèche et du Cap Blanc-Nez

Photo : L Colindre

Vous voulez aider concrètement la biodiversité des Hauts-de-France ?
Agissez directement et simplement en participant à la consultation publique lancée par la DREAL des Hauts-de-France dans le cadre du projet d’arrêté inter-départemental de protection de biotope.

Polyergus rufescens (Latreille, 1798) découverte dans l’ Aisne (02).

Voici un très belle découverte pour notre région. C’est dans un piège Barber installé par Nicolas Vansteene sur un coteau calcaire de l’Aisne que fût découverte cette espèce esclavagiste (obligatoire) rare et bien connue par les Myrmécologues.

Ses mandibules en forme de « sabre » et sa taille sont des critères qui ne permettent aucune confusion avec d’autres fourmis.

Polyergus rufescens (Latreille, 1798) Photo : L Colindre

Cette pilleuse de couvain d’autres espèces (Serviformica), effectue régulièrement des « raids » pour ravitailler en main d’œuvre son propre nid. Ses mandibules ne lui permettant pas de se nourrir seule, elle doit être nourrie par trophallaxie.

Nous reviendrons sur les particularités de l’espèce dans un prochain bulletin de l’ADEP.

Elle devient la 59ième espèce répertoriée dans les Hauts-de-France.

Bravo Nicolas !

Abeilles sauvages en Thiérache : recueil de connaissances (2014-2020)

Ce document sur les abeilles sauvages a pour objectif de valoriser les observations recueillies au cours de rencontres collaboratives entre l’ADEP et le CPIE de l’Aisne et en y ajoutant des données personnelles et partagées de Guénael Hallart.

L’objectif étant d’améliorer nos connaissances des arthropodes notamment dans le Nord de l’Aisne.

Bombus hypnorum Photo LC.

Diversité des abeilles sauvages, Parc naturel régional, Oise – Pays de France.

Le Parc naturel régional Oise – Pays de France en partenariat avec l’ADEP ont contribué au Plan National d’Action (PNA) France, terre de pollinisateurs pour la préservation des abeilles et des insectes pollinisateurs sauvages en mettant en œuvre différentes actions : 

– Réalisation d’inventaires des abeilles sauvages dans des espaces verts communaux, des sites sportifs et dans des sites naturels,

– Organisation de formations, conférences, visites pour différents publics (élus et agents communaux, correspondants Parc, habitants…), 

– Élaboration de fiches techniques, – Production d’outils de communication (plaquette, brochure…).

Diagnostic entomologique et aranéologique du Bois de Tillet, Forêt de Retz, Picardie

Les atteintes aux landes sèches du Bois de Tillet portées au cours du siècle dernier les laissent dans un état de conservation défavorable. Leur remise en état nécessite un programme de restauration important, guidé par une notice de gestion adaptée. Une partie de ces travaux sera réalisés dans le cadre des mesures de compensation environnementale liée la mise en deux fois deux voies de la RN2.

Nous portons à votre connaissance le diagnostic entomologique complet réalisé par l’ADEP sur une partie de l’année 2019.

Atypus affinis Photo LC

Comportement chez le frelon asiatique (Vespa velutina Lepeletier, 1836)

Observation des 18 et 19 juillet 2018

Je savais Vespa velutina (Le frelon asiatique) présent dans le département de l‘Oise depuis plus d’un an mais je ne l’avais pas encore vue chez moi avant cette année. Alors que je préparais un morceau de jardin, j’ai observé un  comportement intéressant concernant sa prédation sur les abeilles. En effet, à côté de la terre que je travaillais, il y avait un grand plan de cucurbitacées, courges et potirons surtout, avec leurs grandes fleurs jaunes (photo ci-dessous) :

Photo : Régis Boulanger.

Les frelons asiatiques volettent assez rapidement au-dessus de ces plantes et plongent dans leurs  grandes fleurs jaunes si un apidae y butine, et s’il s’agit d’un bourdon, le frelon ressort aussitôt et continue sa quête mais si c’est une abeille, acculée et coincée dans le fond étroit de la fleur, elle ressort dans les mâchoires du prédateur qui s’envole. Certes  un peu lourdement mais sans aucun problème. J’ai constaté cela sur deux jours soit en tout trois fois, uniquement le matin avant 11 heures. Hasard !

Est-ce  une spécialisation locale ou un comportement acquis  pour ce vespidae ?

Nota : si la fleur est vide, le frelon passe son chemin sans même marquer un ralentissement, il peut visiter l’ensemble des 15 m² de plans en quelques minutes.

Frelon asiatique (Vespa vetulina), Photo : Dominique MESSIN.

Je n’y ai pas vue de prédation, mais j’ai constaté en un autre endroit du jardin : au-dessus des concombres et cornichons très visités par les abeilles mais dont les fleurs bien plus petites ne permettent pas le même comportement.

Pourquoi le matin ?  Peut-être à cause de la température, car les abeilles eux, travaillent toute la journée !

D’autres part, ces frelons sont présent autour les fleurs des lierres ou butinent beaucoup d’abeilles et les attrapent toute la journée !

Souvenirs de Guyane : Partie 1

Octobre 2017, Les morpho (suivi du chant du Paypayo)

Nous sommes au Pk 48, piste prenant naissance sur la toute de Kaw. Il est onze heures en ce lundi vingt-trois octobre et le soleil commence à peser. Nous chassons les papillons depuis l’aube, avec une nuit au drap de chasse derrière nous.  Mon ami Gilles et mon fils traquent uniquement les splendides Morpho.

Morpho hecuba hecuba MHNT dos.jpg
Morpho hecuba Didier Descouens – Own work sous licence CC BY-SA 4.0

Positionné en bordure de piste, je vois de loin arriver un grand planeur (Morpho hecuba). Il est encore à plus de cinquante mètres et Gilles est placé entre moi et le lépidoptère. Mon complice l’aperçoit et commence alors un jeu de duperie fantastique. Mon ami est venu avec toute une série de leurres qu’il a fabriqués en métropole, il s’agit de faux papillons en plaquette de bois recouvert de divers papiers colorés bleu électrique et d’autres matières, toile des ballons de baudruche par exemple. Mais ce qui parait être à l’image des canards en bois, pour certains taillés grossièrement et utilisés par les chasseurs de gibiers d’eau. Le matériel de Gilles est savamment élaboré, il y en a pour toutes les sortes de Morpho et même des différents pour certaine espèce en fonction de l’heure et du comportement de l’insecte. J’ai moi aussi déjà attrapé quelques Morpho rhetenor ou  menelaus avec des faux papillons en carton bleu, mais il devait s’agir de spécimens suicidaires! Revenons à cet hecuba, il arrive maintenant à dix pas de Gilles et à environ cinq mètres de haut et ne semble aucunement sensible aux agissements de mon ami qui fait, il me parait, des demi-moulinets horizontales avec son leurre, l’épuisette dans l’autre main. Le papillon s’avère ne manifester aucun intérêt à ce qui devrait être pour lui un mâle concurrent, il donne un coup d’aile de temps à autre pour maintenir son vol plané et décroche d’un petit mètre de temps en temps pour enfin revenir à sa hauteur de croisière, il passe au-dessus de mon ami et se rapproche de moi. A cette hauteur, je ne peux même pas espérer tenter un coup de filet. Je reste immobile à regarder ce splendide papillon. Gilles n’a pas dit son dernier mot et change de leurre, il se rapproche de moi et agite maintenant l’engin en faisant des mouvements différents et plus amples. Soudain, alors que le lépidoptère est juste à ma hauteur, il décroche de deux mètres en faisant  demi-tour et fonce droit sur Gilles. Un majestueux et ample coup de filet et hop ! Le papillon est pris. Le jeu a duré presque dix minutes et j’aurai parié que ce Morpho continuerait son chemin. On pourra toujours dire que c’est la chance, le hasard, mais Gilles m’en fera plusieurs fois l’expérience. Il maitrise à merveille ce que je considère comme un art… similaire à la tauromachie d’une certaine façon.

Description de cette image, également commentée ci-après
Morpho rhetenor rhetenor – Face dorsale Didier Descouens sous licence CC BY-SA 4.0

Les matins au lever du jour, c’est le Morpho eugenia qui ne vole qu’un quart d’heure, qui est l’objet de nos attentions. Ensuite au fur et à mesure que la journée s’écoule, les espèces se succèdent l’une après l’autres. Nous sommes depuis plus d’une semaine en Guyane, et Gilles tente d’apprendre cet art à mon fils. Deux jours plus tard, alors que le soleil joue à cache-cache avec les nuages, lors des éclaircies, Florent se démène sur la piste pour essayer de faire descendre des Morpho assez abondant en cette deuxième partie de matinée, ce sont cette fois des rhetenor. Il agite son leurre un peu de façon désordonné il me semble et surtout je croie de façon trop ample, mais plusieurs papillons sont déjà venus à lui. Soudain un  volontaire lui descend droit dessus. Florent rate son coup et trébuche, le Morpho fait demi-tour et attaque mon fils par derrière,  Il lui frôle le chapeau. Florent, excédé par la bravoure de l’insecte, le poursuit à la course, mais rapide, le papillon gagnera cette fois la partie.

Vers la fin du séjour, Florent est plus aguerri. Il ne lâche pas Gilles de la journée et les deux compères se font un plaisir immense. Florent aura passé un merveilleux séjour et sans exceller dans la pratique autant que Gilles, ses résultats n’en sont pas moins respectables.

Merci Gilles pour ces moments de ravissement donnés à mon fils.

Le chant du Paypayo

Le puissant chant de cet oiseau mythique des forêts tropicales amazoniennes et plus particulièrement pour ma part de Guyane française, est comme un signe de ralliement, mon chant des sirènes ! Il me manque de l’entendre (au point que je l‘ai mis quelques temps en sonnerie de mon portable). Mais, au-delà du chant très spécifique de cet oiseau, je crois que c’est l’appel de la Guyane qui soit pour moi le véritable attrait de cette mélodie de quelques notes que l’on n’oublie pas.

Appelé Paypayo par les autochtones, son nom vernaculaire est le Piauhau hurleur et Lipaugus vociferans pour son nom latin, c’est un  petit oiseau gris de 25 à 28 cm de l’ordre des Passeriformes et de la famille des Cotingidae qui regroupent aussi les Cop-de-roche, les Cotinga et plus de soixante espèces d’autres oiseaux plus ou moins colorés.

Lipaugus vociferans - Screaming Piha; Manaus, Amazonas, Brazil.jpg
Piauhau hurleur (Lipaugus vociferans) Hector Bottai – Own work photo sous licence CC BY-SA 4.0
chant de l’oiseau : XC105496 · Piauhau hurleur · Lipaugus vociferans, sous licence CC Patrick INGREMEAU

Il chante haut dans la  futaie, et lors de mes séjours dans ce département français, muni de jumelles et d’un appareil photo, malgré plusieurs approches silencieuses difficiles et parfois longues car il s’entend de loin, je n’ai jamais eu la chance de le voir étant même parfois au-dessous de son perchoir. Il faut dire que la végétation luxuriante annule presque tout espoir de l’apercevoir dans les frondaisons.

Parfois, deux ou trois mâles dans un même secteur jouent de concert et se répondent à espaces réguliers. Mais, bien que perçants et atypiques, ces cris ne sont pas dérangeants. Le matin, ils attendent que le soleil inonde la forêt et que l’air se réchauffe avant de lancer les premiers cris, bien après les toucans, qui eux, à peine le jour levé, se régalent bruyamment des baies de wassei ou palmiers açaï

J’ai hâte de mon prochain rendez-vous avec cet oiseau….

A Gérard, Michel, Jean-Bernard … amis perdus !

Régis Boulanger

Régis Boulanger et Nephila clavipes, PK 40 Route de Kaw Guyane Française.