Tous les articles par Laurent Colindre

La phorésie

La phorésie désigne le transport d’un organisme (le « phoronte ») par une autre espèce (« l’hôte »). Sur la photo ci-dessous, le phoronte est donc un acarien (4 en l’occurrence) et l’hôte, un Coleoptère (Silphidae).

Photo : D. Messin, 2018

Le phoronte solidement attaché, se désolidarisera lorsqu’il aura trouvé à coloniser un milieu où s’épanouir, et ce, plus rapidement que par ses propres moyens. Il s’agit souvent dans le monde des arthropodes, d’acariens ou de pseudoscorpions. Le Coléoptère quant à lui, aura tout simplement servi de « taxi » !

Il n’y a pas, dans la phorésie de risque vital pour l’hôte (on parlerait sinon de « parasitisme »).

Photo : L. Colindre

 

 

 

Inventaire botanique du CBNBL : saisie en ligne. Un lien utile !

 

 

Parce que sans fleur, point d’insecte (et inversement !), voici un lien très utile permettant aux entomologistes du Nord-Ouest, de saisir en ligne la flore observée :

http://jeparticipe.cbnbl.org.

Initié par le CBNBL, Conservatoire Botanique National de Bailleul.

Une observation, un pointage, une espèce.

Ce formulaire est simple :

  •  le choix de l’espèce se fait par son nom scientifique*(sur la base du référentiel du CBNBL que vous trouvez ici),
  • on réalise le pointage sur l’outil cartographique,
  • on renseigne les informations sur la population (nombre d’individus, superficie),
  • on ajoute une photo et un commentaire si on le souhaite
  • on envoie !

(*) Pour les espèces exotiques envahissantes, la saisie avec le nom français est également possible.

Une fois les observations validées par votre référent, elles seront intégrées et consultables dans Digitale2 http://digitale.cbnbl.org dans l’onglet « Mes observations »

 

 

Portrait d’entomologiste : Claire Villemant

Claire Villemant, maître de conférence et spécialiste des hyménoptères au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, a donné une conférence sur le thème du métier d’entomologiste jeudi 14 juin, Salle des Noues, à Verneuil en Halatte. Spécialiste des guêpes parasitoïdes (Tordicidae), elle met au jour les complexes parasitaires, les réseaux et leurs relations. Elle est également responsable des collections du MNHN.

Cette  conférence a été initiée par l’association L’agrion de l’Oise lors de sa 17ème réunion trimestrielle.

Plusieurs thèmes ont été abordés parmi lesquels le cursus exceptionnel qu’elle a suivi pour en être arrivé là, mais aussi la gestion des collections d’Hyménoptères du Muséum (1 million de spécimens à s’occuper, fruits de collections privées ou de missions partout dans le monde, 2000 nids de guêpes, abeilles, termites…, plusieurs milliers de galles, etc). La préparation du matériel pour des prêts aux chercheurs du monde entier qui en font la demande. Claire Villemant et sa collaboratrice, sont pourtant seules à prendre en charge ce travail colossal !

A ceci s’ajoute la diffusion des connaissances. Administratrice de l’OPIE, elle détermine, diffuse nombre de découvertes exceptionnelles, participe à de nombreux ouvrages et est sollicitée pour la relecture d’articles scientifiques, thèses ou des ouvrages à destination du grand public comme, entre autre, « le journal le plus lu dans les terriers » : « la Hulotte » bien sûr !

Son travail ne s’arrête pas là, loin s’en faut. L’étude de la biodiversité est une mission d’importance. Elle participe aux expéditions autour du globe dans les milieux encore vierges où l’Homme n’a pas (encore) mis le pied. Elle rappelle l’étude allemande sur l’érosion de l’entomofaune (article à consulter sur notre site), les problématiques de déforestation, de monoculture et de pollution.

La seconde partie de la conférence bardée d’anecdotes et d’informations « croustillantes » fut consacrée au Frelon asiatique Vespa velutina Lepeletier, 1836 dont elle suit l’irrémédiable expansion en France et en Europe.

La gentillesse de la conférencière, ses explications et son expérience ne pouvaient qu’enchanter le public, malheureusement trop peu nombreux compte tenu des enjeux environnementaux et économiques qui en découlent…

 

Photo : L Colindre avec l’aimable autorisation de Mme Claire Villemant.

 

Identification des coccinelles de Picardie adultes (moyennes et grandes espèces) – Par Sophie Declercq

Ce document s’adresse aux personnes souhaitant apprendre à reconnaître et identifier les coccinelles. Il ne présente pas une liste complète des espèces connues en Picardie. Il a pour but d’aiguiller au mieux l’observateur.

 

 

Document_identification_simplifie_coccinelles_SDeclercq_dec2013

 

Photo de mise en avant : L. Colindre.

La maladie de Lyme

Laurent Colindre & Jean-Hervé Yvinec.

 

 

 

 

 

 

La maladie de Lyme ou Borréliose de Lyme, est une zoonose. L’infection (bactérie) est en effet transportée par un animal. Dans le cas présent le vecteur de transmission est une tique (Arthropoda, Arachnida, Ixodida). Le rostre de l’animal est spécifiquement hérissé permettant à l’animal de s’ancrer très solidement dans la peau.

La tique peut transmettre la bactérie à l’homme au moment d’une morsure (NB : toutes les tiques ne sont pas infectieuses). En outre cette maladie, n’est en aucun cas contagieuse.

Dans les 3 à 30 jours suivant la morsure, la maladie peut apparaître sous la forme d’une rougeur, puis s’étendre sous forme de cercle (centrifuge) autour de la morsure, appelé « érythème migrant ». L’érythème se dissipe pour disparaître complètement en quelques semaines. Mais il n’apparait que dans environ la moitié des cas.

Il faut consulter un médecin (y compris sans rougeur apparente ou sans érythème) si des symptômes grippaux ou de fatigues inhabituelles sont consécutifs à une morsure, quelques semaines après.

Le médecin traitant prescrira des antibiotiques et l’on considère que trois semaines de traitement sont nécessaires.

En l’absence de ce traitement ou si le diagnostic survient plusieurs mois (voir années) plus tard, la maladie passe en phase chronique. Alors, des atteintes du système nerveux (hemiparalysie faciale, fortes fatigues), des articulations (arthrite), de la peau, du système digestif et du cœur peuvent se déclarer. La forte fatigue reste un symptôme récurrent.

Afin d’éviter au mieux la transmission de la maladie avant une promenade :

La période s’étend d’avril et octobre (avec des pics en mai-juin et septembre-octobre). Les herbes hautes sont des milieux propices : le port de guêtres, ou chaussettes par-dessus du pantalon est recommandé. Les bottes sont aussi une bonne protection. Vérifiez les parties découvertes du corps (bras, nuque, etc) pendant la promenade et badigeonnez d’un répulsif cutané.

Après une promenade :

Inspectez très soigneusement le corps y compris dans les endroits de pliure (derrière le genou, pliure du coude, aisselles) et cuir chevelu, à l’endroit du resserrement de la ceinture, les jambes. Une douche et le lavage des vêtements complètent le dispositif de protection.

Il est primordial d’être muni de pinces permettant le retrait total de la tique. Deux pinces (« tire-tique » ou « crochet à tique ») très efficaces pour un prix modique existent, selon la taille de la tique à retirer. Les pharmacies vendent souvent les pinces en duo. Il suffit alors d’insérer le corps de la tique dans l’encoche et de tourner doucement la pince jusqu’à ce que l’animal lâche prise, puis désinfectez à l’alcool modifié. Il ne faut surtout pas essayer de retirer ou comprimer le corps de la tique avec une pince à épiler (ou autre instrument) ce qui risquerait de propager la bactérie par régurgitation.

    

Le retrait de l’acarien doit être le plus rapide après détection. En cas de fixation prolongée, il est indispensable de consulter un médecin et de recevoir un traitement curatif.

Vous pouvez contribuer à améliorer la prévention en signalant vos piqûres avec le projet CITIQUE (laboratoire tous chercheurs, centre INRA Grand Est-Nancy) :

http://ephytia.inra.fr/fr/C/24958/Signalement-TIQUE-Signaler-une-piqure

 

Photos : L. Colindre.

NB : Il ne s’agit ici que de recommandations qui ne saurait se substituer à un avis ou un diagnostic médical. En aucun cas l’ADEP ou l’un de ses membres ne pourrait être mise en cause, ni engager sa responsabilité.

 

Mots-clés : tique, ixodes.

 

Les Plathelminthes terrestres invasifs (Geoplanidae).

 

 

Image de mise en avant :

Figure 24 (PeerJ 4672) – Diversibipalium blue.png 1,599 × 1,601; 4.18 MB Media from Justine et al. 2018 – PeerJ/4672. Licence « Creative Commons ».

 

Une fois n’est pas coutume, il n’est pas question d’arthropodes mais de vers prédateurs terrestres, dits « bipaliinés ». La France compterait 10 espèces invasives de plathelminthes. Relayer cette information est donc primordiale (impact sur la biodiversité).

Ci-joint la communication de M Jean-Lou Justine, Directeur-Adjoint, ISYEB, Institut de Systematique, Evolution, Biodiversite (UMR7205 CNRS, EPHE, MNHN, UPMC) Museum National d’Histoire Naturelle CP 51, 55 rue Buffon 75231 Paris cedex 05, France :

« La semaine dernière a été publié un article scientifique, concernant les Bipalium et Diversibipalium de France et/ou des territoires d’outre-mer et publié dans la revue scientifique PeerJ (journal scientifique de biologie et de médecine, couvrant de larges domaines).

Vous pouvez lire l’article (en anglais) en cliquant ici :

https://peerj.com/articles/4672

Il existe une version française intégrale de l’article avec photos :

http://dx.doi.org/10.7717/peerj.4672#supplemental-information

sous le titre français « Des vers géants chez moi ! Plathelminthes (Geoplanidae, Bipalium spp., Diversibipalium spp.) en France métropolitaine et dans les territoires français d’outre-mer ». L’article fait 45 pages + annexes. »

Jean-Lou Justine

 

Le jeu des différences : Frelon asiatique/Frelon européen

 

 

 

Selon le MNHN (Museum National d’Histoire Naturelle de Paris), le frelon asiatique progresse de 60 km/an. Il est observé en Picardie depuis 2013 (base ClicNat) et touche actuellement l’ensemble des départements picards. Il a été observé à Guignies dans le Hainaut (Belgique) le 20 novembre 2017.

 

Nous mettons à votre disposition un comparatif des deux Hyménoptères (vue de dessus) :

Frelon européen, Vespa crabro Linnaeus, 1758 – Frelon asiatique, Vespa velutina Lepeletier, 1836

 

1 – Pattes : Européen = pattes brunes / Asiatique = pattes nettement bicolores (jaunes & noires) d’où son deuxième nom : « Frelon à pattes jaunes » ;

2 – Thorax : Européen = noir et brun / Asiatique = complètement noir ;

3 – Abdomen : Européen = jaune « dessiné » de noir / Asiatique = sombre annelé de jaune-orange, puis une bande orangée plus large à l’extrémité.

En outre, les antennes sont brunnes chez l’Européen et complètement noires chez l’Asiatique.

Frelon asiatique, Vespa velutina (L. Colindre)

Frelon européen, Vespa crabro (C. Derozier).

 

Quelques informations complémentaires (Com. pers. C. Villemant, MNHN, 2018) :

Les études menées sur le frelon asiatique ont démontré qu’un nid produisait en moyenne 500 reines.

Au Népal, le frelon asiatique est observé jusqu’à 3000 mètres d’altitude. L’espèce ne craint donc pas le froid et les projections de dissémination de l’espèce étudiée par ordinateur, permettent d’imaginer qu’il pourra atteindre le Nord de la Norvège ou bien encore l’Islande. A contrario, la sècheresse estivale est un frein à sa colonisation (limites Sud Espagne et Afrique du Nord).

En milieu naturel, la prédation est d’environ 1/3 de Diptères, 1/3 de guêpes, 1/3 d’abeilles. Cette prédation est optimale là où les insectes se regroupent (ruches, cadavres d’animaux, étables, bouses, etc).

La principale conséquence de la prédation du frelon asiatique sur les ruches est l’arrêt du butinage des abeilles (conduisant à un manque de réserve hivernale, impactant le couvain). Les frelons asiatiques faisant en effet un « siège » tout l’été. Des grilles « muselières », tenant le frelon à distance de l’entrée de la ruche et l’empêchant de pénétrer à l’intérieur, sont testées chez plusieurs apiculteurs et prouvent actuellement leur efficacité.

Les deux principaux prédateurs naturels connus du frelon asiatique (comme tous les autres Hyménoptères autochtones…) sont Pheromermis vesparum Kaiser, 1987 (Nematoda, Enoplea, Mermithida) et Conops vesicularis Linnaeus, 1760 (Arthropoda, Hexapoda, Diptera).

 

Pour en savoir plus sur la biologie du Frelon asiatique :

http://www.lot.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_descriptive_frelon.pdf

Base ClicNat :

http://www.clicnat.fr/?page=accueil

Nid de frelon asiatique Photo : D. Messin

Remerciements à Jean Claude Bocquillon et Carole Derozier pour les photographies comparatives – Photo de mise en avant : L Colindre.