Archives par mot-clé : Abeilles/Guêpes/Bourdons

Nous avons besoin de vous ! Inventaire participatif « abeille sauvage »

L’ADEP lance un appel à tous les passionnés, les entomologistes ou tout simplement les observateurs citoyens de Picardie à rechercher une abeille sauvage en déclin : l’Andrène de la Knautie, Andrena hattorfiana (Fabricius, 1775).

Vous trouverez en cliquant sur ce lien toutes les informations pour identifier facilement l’insecte ainsi que la procédure pour transmettre vos observations :

Photo : Emmanuel Vidal

En attendant le retour du printemps, nous vous remercions par avance pour votre participation !

Les Ammophiles (Hymenoptera, Ammophilinae)

 

Les Ammophilinae sont des Hyménoptères apocrites de la famille des Sphecidae. L’insecte ne passe pas inaperçu car sa forme fuselée, sa « taille de guêpe », ses couleurs vives (rouge et noir) sont caractéristiques. Les ammophiles sont d’une taille modeste : entre 12 et 35 mm, les femelles étant plus grandes que les mâles. Il existe environ 200 espècesdécrites dans le monde.

En France, moins de 10 espèces sont connues (Bitsch et al., 1997) :

  • Ammophila campestris (partout en France)
  • Ammophila heydeni heydeni (moitié sud de la France et Bretagne)
  • Ammophila heydeni rubriventris (ssp Corse uniquement)
  • Ammophila hungarica (Sud et Est de la France)
  • Ammophila laevicollis (Pourtour méditerranéen)
  • Ammophila modesta (Sud)
  • Ammophila pubescens (Partout en France mais observations sporadiques Nord/Sud). Belgique.
  • Ammophila sabulosa (partout en France)
  • Ammophila terminata (Ouest, Méditerranée, Est mais identifié sur Paris).

La base ClicNat (http://www.clicnat.fr/?page=fiche&id=11907) propose sur son site uniquement Ammophila sabulosa, l’espèce certainement la plus communément rencontrée.

A moins que cette dernière espèce ne soit tout simplement confondue avec d’autres : A. sabulosa, A. campestris, A. pubesens, A. terminata (espèces aux pattes noires) et A. heyderi (espèce à pattes rouges) sont donc potentiellement observables dans notre périmètre. Outre la couleur des pattes, la coloration du tergite n°3 et la forme de la 3ème cellule cubitale sont des critères complémentaires. Il reste cependant compliqué d’en tirer une simple conclusion sur photo (C. Villemant, com. pers. 2018).

Pour rencontrer l’adulte (phytophage) il faut scruter les fleurs de thym, scabieuses, centaurées. La période de vol la plus propice : juin à septembre.

L’espèce est surtout connue par sa biologie : elle accumule des chenilles paralysées dans son nid qu’elle creuse au sol, pond un œuf, puis rebouche l’entrée parfois en utilisant un caillou pour damer le sol à ce niveau. Jean-Henri Fabre a beaucoup écrit à ce sujet. La larve va s’alimenter de la chenille paralysée mais encore vivante. Les proies sont habituellement composées de chenilles, d’Hétérocères, d’Hesperidés et de Tentrèdes.

Afin de décrire ce comportement dont j’ai été le témoin cet été, je vous propose de le faire en image. L’insecte est farouche mais avec un peu de patience, l’Ammophile (ayant trouvé sa proie), revient vite sur les lieux de son méfait, observe, repart puis revient à nouveau.

 

L’insecte emporte la proie paralysée bien plus grosse que lui.

Positionnement de la chenille « ventre en l’air », face à la loge.

La proie est tirée au fond.

L’Ammophile rebouche consciencieusement la loge.

ni vu, ni connu… le cycle peut (re)commencer.

 

Bibliographie :

Bitsch, J. & J. Leclercq. 1993. Faune de France 79. Hyménoptères Sphecidae d’Europe Occidentale, volume I. Fédération Française des Sociétés de Sciences Naturelles, Paris, 325 pp.

Bitsch, J., Y. Barbier, S.F.Gayubo, K. Schmidt & M. Ohl. 1997. Faune de France. Hyménoptères Sphecidae d’Europe Occidentale, volume II. Fédération Française des Sociétés de Sciences Naturelles, Paris 1997. 429 pp., 76 planches, 154 cartes.

Fabre, J-H. Souvenirs entomologiques , Etude sur l’Instinct et les Mœurs des Insectes, Tome 2 réédition Sciences nat, 1986.

 

Portrait d’entomologiste : Claire Villemant

Claire Villemant, maître de conférence et spécialiste des hyménoptères au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, a donné une conférence sur le thème du métier d’entomologiste jeudi 14 juin, Salle des Noues, à Verneuil en Halatte. Spécialiste des guêpes parasitoïdes (Tordicidae), elle met au jour les complexes parasitaires, les réseaux et leurs relations. Elle est également responsable des collections du MNHN.

Cette  conférence a été initiée par l’association L’agrion de l’Oise lors de sa 17ème réunion trimestrielle.

Plusieurs thèmes ont été abordés parmi lesquels le cursus exceptionnel qu’elle a suivi pour en être arrivé là, mais aussi la gestion des collections d’Hyménoptères du Muséum (1 million de spécimens à s’occuper, fruits de collections privées ou de missions partout dans le monde, 2000 nids de guêpes, abeilles, termites…, plusieurs milliers de galles, etc). La préparation du matériel pour des prêts aux chercheurs du monde entier qui en font la demande. Claire Villemant et sa collaboratrice, sont pourtant seules à prendre en charge ce travail colossal !

A ceci s’ajoute la diffusion des connaissances. Administratrice de l’OPIE, elle détermine, diffuse nombre de découvertes exceptionnelles, participe à de nombreux ouvrages et est sollicitée pour la relecture d’articles scientifiques, thèses ou des ouvrages à destination du grand public comme, entre autre, « le journal le plus lu dans les terriers » : « la Hulotte » bien sûr !

Son travail ne s’arrête pas là, loin s’en faut. L’étude de la biodiversité est une mission d’importance. Elle participe aux expéditions autour du globe dans les milieux encore vierges où l’Homme n’a pas (encore) mis le pied. Elle rappelle l’étude allemande sur l’érosion de l’entomofaune (article à consulter sur notre site), les problématiques de déforestation, de monoculture et de pollution.

La seconde partie de la conférence bardée d’anecdotes et d’informations « croustillantes » fut consacrée au Frelon asiatique Vespa velutina Lepeletier, 1836 dont elle suit l’irrémédiable expansion en France et en Europe.

La gentillesse de la conférencière, ses explications et son expérience ne pouvaient qu’enchanter le public, malheureusement trop peu nombreux compte tenu des enjeux environnementaux et économiques qui en découlent…

 

Photo : L Colindre avec l’aimable autorisation de Mme Claire Villemant.

 

Le jeu des différences : Frelon asiatique/Frelon européen

 

 

 

Selon le MNHN (Museum National d’Histoire Naturelle de Paris), le frelon asiatique progresse de 60 km/an. Il est observé en Picardie depuis 2013 (base ClicNat) et touche actuellement l’ensemble des départements picards. Il a été observé à Guignies dans le Hainaut (Belgique) le 20 novembre 2017.

 

Nous mettons à votre disposition un comparatif des deux Hyménoptères (vue de dessus) :

Frelon européen, Vespa crabro Linnaeus, 1758 – Frelon asiatique, Vespa velutina Lepeletier, 1836

 

1 – Pattes : Européen = pattes brunes / Asiatique = pattes nettement bicolores (jaunes & noires) d’où son deuxième nom : « Frelon à pattes jaunes » ;

2 – Thorax : Européen = noir et brun / Asiatique = complètement noir ;

3 – Abdomen : Européen = jaune « dessiné » de noir / Asiatique = sombre annelé de jaune-orange, puis une bande orangée plus large à l’extrémité.

En outre, les antennes sont brunnes chez l’Européen et complètement noires chez l’Asiatique.

Frelon asiatique, Vespa velutina (L. Colindre)

Frelon européen, Vespa crabro (C. Derozier).

 

Quelques informations complémentaires (Com. pers. C. Villemant, MNHN, 2018) :

Les études menées sur le frelon asiatique ont démontré qu’un nid produisait en moyenne 500 reines.

Au Népal, le frelon asiatique est observé jusqu’à 3000 mètres d’altitude. L’espèce ne craint donc pas le froid et les projections de dissémination de l’espèce étudiée par ordinateur, permettent d’imaginer qu’il pourra atteindre le Nord de la Norvège ou bien encore l’Islande. A contrario, la sècheresse estivale est un frein à sa colonisation (limites Sud Espagne et Afrique du Nord).

En milieu naturel, la prédation est d’environ 1/3 de Diptères, 1/3 de guêpes, 1/3 d’abeilles. Cette prédation est optimale là où les insectes se regroupent (ruches, cadavres d’animaux, étables, bouses, etc).

La principale conséquence de la prédation du frelon asiatique sur les ruches est l’arrêt du butinage des abeilles (conduisant à un manque de réserve hivernale, impactant le couvain). Les frelons asiatiques faisant en effet un « siège » tout l’été. Des grilles « muselières », tenant le frelon à distance de l’entrée de la ruche et l’empêchant de pénétrer à l’intérieur, sont testées chez plusieurs apiculteurs et prouvent actuellement leur efficacité.

Les deux principaux prédateurs naturels connus du frelon asiatique (comme tous les autres Hyménoptères autochtones…) sont Pheromermis vesparum Kaiser, 1987 (Nematoda, Enoplea, Mermithida) et Conops vesicularis Linnaeus, 1760 (Arthropoda, Hexapoda, Diptera).

 

Pour en savoir plus sur la biologie du Frelon asiatique :

http://www.lot.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_descriptive_frelon.pdf

Base ClicNat :

http://www.clicnat.fr/?page=accueil

Nid de frelon asiatique Photo : D. Messin

Remerciements à Jean Claude Bocquillon et Carole Derozier pour les photographies comparatives – Photo de mise en avant : L Colindre.

 

Atlas préliminaire des Bourdons du Nord Pas-de-Calais

 

 

 

 

 Nos collègues du Nord Pas-de-Calais viennent de sortir un « atlas préliminaire des Bourdons (du genre Bombus) ».

Ce travail se base sur l’analyse de 3226 occurrences anciennes et récentes réparties sur 400 communes. Le document présente et décrit l’écologie de plusieurs dizaines d’espèces, agrémenté de cartographies et de superbes photos. 55 pages.

Prix : 3 euros + 4.80 euros pour les frais d’envoi.

Pour l’adresse de commande :

SENF

433 rue de Landrecies

59400 CAMBRAI

NB : Il est aussi possible d’économiser les frais de port en le récupérant dans les locaux du GON (au 23 rue Gosselet à Lille) au prix de 3€.

 

Première de couverture.

 

 

Reportage France 3 Picardie : Quelles sont les abeilles sauvages qui peuplent nos jardins ?

 

 

Quelles sont les abeilles sauvages qui peuplent nos jardins ? L’Association des Entomologistes de Picardie apporte à cette question une réponse locale au travers de ce bulletin entièrement consacré à ces insectes pollinisateurs. Pour ce faire, l’auteur a ciblé son propre jardin en zone périurbaine dans la vallée de la Somme pour y découvrir de nombreuses espèces sur de petites surfaces d’espaces verts ! Cette étude aura nécessité 6 années de travail pour dévoiler une biodiversité belle et bien existante et non pas fantasmée. Ce document présente en détail le jardin retenu et observations de terrain. Il offre de nombreuses illustrations. Il a été conçu pour être accessible à un public non initié au vocabulaire naturaliste.

Introduction p.3 Abeilles sauvages, généralités p. 5 Se pencher sur la communauté des abeilles sauvages en milieu urbanisé p. 6 Méthode d’étude des abeilles sauvages et bilan p. 8 Présentation du jardin périurbain et son environnement p. 10 Entretenir une flore d’ici et d’ailleurs p. 12 Les abeilles en action, chroniques p. 13 Epilogue p. 22 Remerciements p. 23 Bibliographie p. 24

Commander Coût à l’unité : 10 euros frais de port offerts. Règlement à l’ordre de l’ADEP, accompagné de votre adresse postale, à envoyer à : Emmanuel Vidal (ADEP) 4, Avenue Jean Jaurès 80800 Fouilloy

Contacter l’ADEP Association des Entomologistes de Picardie : 17 rue James Rothschild 60200, COMPIÈGNE

Email : secretariat@adepentomo.fr L’auteur : vidalmanu80@gmail.com